Marcel Proust, la figure des pays
EAN13
9782354281762
ISBN
978-2-35428-176-2
Éditeur
Créaphis
Date de publication
Nombre de pages
129
Dimensions
30,8 x 22,7 x 2 cm
Poids
920 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Marcel Proust, la figure des pays

De ,

Illustrations de

Créaphis

Offres

  • Vendu par Mémoire 7
    28.00

  • Vendu par Point de côté
    28.00
Bouchart cherche à redécouvrir les lieux par les yeux de Proust, retrouver ce qu'il a vu dans ce qu'il voit. Il met ses pas dans les pas de l'écrivain et fait, en son temps (années 1970) un inventaire des traces qu'une disparition annoncée menaçait. Beaucoup de ces lieux sont à présents consignés dans ce livre majeur qui sert aussi la lecture concrète de Proust.
Ce livre repose sur un double paradoxe : montrer des lieux littéraires (dont la réalité est souvent issue de l'imagination " documentée " de Proust) et laisser s'installer – dans le réel des lieux photographiés par François-Xavier Bouchart – une place pour la rêverie et la flânerie. La coïncidence esthétique repose sur la relation entre les deux formes d'écritures : littéraire et photographique. Aux " instantanés visuels " de Proust correspond la grammaire focale de Bouchart avec les différents jeux optiques, dont ceux de la narration panoramique.Dans une sorte de travail d'archéologie visuelle, Bouchart, cherche moins à documenter l'œuvre qu'à redécouvrir les lieux par les yeux de Proust, retrouver ce qu'il a vu dans ce qu'il voit. Il ne s'agit en aucun cas d'une illustration de La Recherche. Conscient de l'intérêt de Proust pour l'image photographique enregistreuse des temps et de lieux, Bouchart met ses pas dans les pas de l'écrivain, à la manière de Proust lui-même revisitant les " pierres de Venise " à travers les yeux du critique d'art anglais John Ruskin.En construisant ainsi une œuvre originale à partir des éléments dispersés d'un fragmentaire de La Recherche, le photographe a fait, en son temps (de 1971 au tout début des années 1980), un inventaire des traces qu'une disparition annoncée menaçait. Ce qui fut d'ailleurs le cas de beaucoup de ces lieux (paysages, chemins, maisons, monuments) qui sont à présents consignés dans ce livre majeur. Le livre sert aussi la lecture concrète de Proust par la cohérence éditoriale d'un choix de lieux réels en regard avec les extraits choisis (on devrait dire " élus ") de l'œuvre qui montrent assez la préoccupation et l'intérêt de l'écrivain pour la photographie.L'écriture proustienne, dans son " système ", met en jeu des équivalences " non exactes ", des vraisemblances établies par des montages littéraires et visuels qui sont autant d'approximations, sous le règne d'une recherche autobiographique revue et " re-rêvée ". Il suffirait de se référer à la géographie des territoires proustiens pour s'apercevoir qu'ils sont comme " dénommés " et comme remplacés par des noms nouveaux où presque rien n'est changé et pourtant rien n'est pareil. Les lieux sont ainsi parfois amalgamés comme sur des photographies en surimpression où peuvent se deviner des éléments pris en plusieurs endroits pour ensuite être synthétisés. Ainsi la création de Balbec résulte d'un ensemble de clichés mentaux, mémorisés par Proust lors de séjours en Normandie littorale (et pictorale), à Cabourg, Honfleur, Houlgate, Deauville, Trouville mais aussi lors de voyages dans des stations de Bretagne et en Suisse.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur François-Xavier Bouchart